| Actualités | Rencontre avec...

Rencontre avec...

Clément Ray, président d’InnovaFeed, une start’up au modèle économique vertueux

Posté le 07/09/2016

Nouvellement implantée à Gouzeaucourt (59), InnovaFeed produira sur son site industriel dès la fin du mois des protéines sous forme de farines et d’huiles d’insectes pour l’alimentation de poissons d’élevage. Un modèle exemplaire d’intégration filière, que nous a décrit Clément Ray son président. Un modèle également porteur de sens pour lui comme pour ses associés sensibles à l’impact sociétal et environnemental de leur activité.

Comment l’idée de créer InnovaFeed vous est venue ?

Clément Ray : Sur le plan mondial, nous assistons à un bouleversement alimentaire. L’accroissement de la population, les mutations des habitudes alimentaires, dans les pays en voie de développement notamment, engendre une consommation exponentielle de protéines. Il se dessine au niveau mondial un véritable déficit, principalement en Europe où nous importons environ 70 % de nos protéines.
Sur un marché bien spécifique qu’est la nutrition animale et notamment en pisciculture, un secteur en forte croissance, l’insecte (HermetiaIllucens) nous est apparu comme une réponse. Il correspond de façon très proche, par ses propriétés nutritionnelles, aux besoins des poissons d’élevage. De plus, les évolutions règlementaires européennes autorisant la protéine d’insectes dans l’alimentation des poissons d’élevage qui pointaient, laissaient présager une opportunité très forte sur ce marché. Tous les voyants étaient réunis.

Quel est votre modèle économique ?

C. R. : Pour mettre en place le modèle économique le plus performant et développer une production pérenne des protéines d’insecte, nous avons fait des choix uniques. Des choix sur l’implantation de l‘activité et un choix de considérer l’insecte comme un animal d’élevage dont le cycle biologique (en particulier l’alimentation) peut être, par une compréhension fine, optimisé considérablement. Puis, nous avons réfléchi sur la meilleure façon de mettre à l’échelle cette technologie par des procédés industriels performants, par l’automatisation et la récupération d’énergies. Tous ces éléments rassemblés permettent de comprimer de façon très forte les coûts de production permettant une production compétitive tout en respectant les plus hauts standards de qualité.
Mais ce qui nous a également porté dans ce projet, mes associés et moi, c’est un modèle porteur de sens tant au niveau environnemental que sociétal. En fournissant une alternative à la farine de poisson sauvage utilisé par l’aquaculture, nous participons à réduire les impacts sur les réserves halieutiques. D’un point de vue sociétal, par notre choix d’implantation à proximité de gisements de co-produits, nous sommes fiers de contribuer à la création de valeur ajoutée locale et d’apporter de nouveaux débouchés aux filières agricoles amont.

C’est pour cette raison que vous vous implantez en Hauts-de-France ?

C. R. : Le site de Gouzeaucourt a été choisi comme un lieu stratégique par rapport à notre projet de nous intégrer de façon harmonieuse dans une chaîne de valeur agro-industrielle de manière à valoriser au bon endroit les matières disponibles pour réduire les coûts logistiques. Mais nous avons surtout découvert un écosystème dynamique et bienveillant qui a permis le montage rapide du projet en moins de 8 mois. Le démarrage de l’activité se fera fin septembre avec une dizaine d’embauches. J’en profite pour remercier la Communauté d’Agglomération de Cambrai et plus particulièrement Michel Lienard et François-Xavier Vilain pour leur soutien. Nous avons également bénéficié de l’implication précieuse d’autres acteurs régionaux comme Cambrésis Développement Économique, le Conseil Régional, la ville de Gouzeaucourt, l’ex. Communauté de Commune de la Vacquerie, Pôle Emploi, la Sous-Préfecture de Cambrai, sans oublier Agroé.

2018 se profile plutôt bien ?

C. R. : Nous entamons une accélération des investissements et prévoyons une extension du site pour le premier semestre 2018 pour accroître la capacité et la compétitivité de la production. Nous avons également établi un partenariat avec des formulateurs, des pisciculteurs et un acteur de la grande distribution Auchan qui commercialisera début 2018 des truites nourries avec nos insectes.

« Nous avons construit notre activité dans une démarche de filière, un modèle d’avenir et vertueux. » Clément Ray, Président d’innovaFeed

Partagez sur

Plan d'accès

Contact

Quartier des Trois Parallèles
La Citadelle
Allée du Général Girard
62000 Arras


Tél. : 03.27.70.15.80

Mentions légales | Crédits | Réalisation : techmarketing | Version anglaise