| Actualités | Rencontres avec...

Rencontres avec...

Catherine Asseman, gérante de l’entreprise Asseman-Deprez, peine à recruter des producteurs.

Posté le 26/10/2016

Les légumineuses sont des graines d’avenir ! 2016 a été proclamée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture comme l’année internationale des légumineuses. Pourtant l’entreprise Asseman-Deprez en plein essor se heurte à une problématique de taille : recruter des producteurs pour des produits phares, le lingot du Nord et le flageolet vert.

Présentez-nous votre entreprise

Notre entreprise créée à Merville en 1986 par mon père Gabriel Asseman et Jean Deprez son associé, conditionne des légumes secs. Depuis 1998, l’activité s’étend aux fruits secs tels que les pistaches, amandes, raisins, noix de coco, arachides en coque… En 1999, nous avons obtenu un label rouge, celui du Lingot du Nord, pour faire connaître et mettre en valeur ce produit typiquement local. Sous la présidence de mon père, nous avons créé une association regroupant les producteurs. L’année dernière, nous avons fêté nos 30 ans et depuis que de chemin parcouru ! La société a subi plusieurs extensions de bâtiments, en 2005, 2008, puis en 2016. Nous avons également engagé des démarches pour obtenir un autre label rouge pour le Flageolet vert en 2006 et depuis 2010, nous sommes certifié Bio et IFS. Pour vous donner une idée, l’entreprise conditionne près de 4000 tonnes par an de légumes secs et fruits secs.

Quelle est votre problématique actuelle ?

Elle concerne notre recherche de nouveaux producteurs de lingots du Nord IGP (Indications géographiques protégées) et de flageolets verts sans IGP. Beaucoup d’entre eux arrivent à l’âge de la retraite et la reprise de leur exploitation, souvent de moyenne ou de petite taille, pose problème. La culture du haricot est restée très traditionnelle. La mise en perroquet et le triage sont faits manuellement et restent des étapes chronophages. C’est la raison pour laquelle les jeunes agriculteurs se détournent de cette culture. Pour pallier à cela, nous avons donc décidé de les accompagner et de les décharger du tri manuel grâce à l’acquisition d’un trieur optique. Le lancement en production vient juste de commencer fin septembre. Cette machine peut trier jusqu’à 1.5 tonne/heure. Pour les 200 tonnes/an en moyenne produites dans la région (en lingots et flageolets) l’investissement reste cependant très lourd. Nous attendons d’ailleurs une aide de la Région grâce notamment au dossier que nous avons monté avec l’aide d’Agroé.

Comment pensez-vous rentabiliser cet investissement ?

Notre objectif est de développer également cette prestation pour d’autres industriels afin de rentabiliser la machine et d’en réduire le coût destiné à nos producteurs. Nous avons de fortes demandes en grande distribution que nous ne pouvons satisfaire. La production de légumes secs en France reste minime par rapport aux demandes exponentielles du marché. La production de légumineuses a donc de belles perspectives à l’avenir.

Partagez sur

Pour en savoir plus sur l’entreprise : Asseman-Deprez

Plan d'accès

Contact

Quartier des Trois Parallèles
La Citadelle
Allée du Général Girard
62000 Arras


Tél. : 03.27.70.15.80

Mentions légales | Crédits | Réalisation : techmarketing | Version anglaise